samedi 7 juillet 2018

Banquet du déjeuner du 17 juin 2018 : recettes du Mesnagier de Paris


De Honesta Voluptate, Société des Amis de Jean-Louis Flandrin

Banquet du 17 juin 2018 à midi
Restaurant « Le Pré Vert » - 41 rue du Moulinet – 75 013 Paris
Recettes du Mesnagier de Paris
Cf. Livre de poche, Lettres Gothiques, L.G.F., Paris, 1993, 859 p.

Disner de char

Premier metz

Vins liquoreux (Anik et Serge Buj)
Fruits de saison (Monique Calinon)

Second metz

Hardouil de poulet (René Le Joncour)
Boussac au lapin (Catherine Bizy)
Cretonnée de fèves nouvelles (Catherine Granger)
Merlu à la jance (Pierre Saunier)

Tiers metz

Langue de bœuf  sauce cameline (Vincent Chenille)

Quart metz

Tourte aux bettes (Rolande Dulon)
 Pâté de bœuf (René Le Joncour)

Pâté de champignons (Georges Carantino)
Pipefarces (Serge Buj)


Quint metz : Issues et Boutehors

Hypocras (Valérie Boudier)
Crêpes (Anik Buj)

Cotignac (Ana Pairet)
                      Oublies (Ana Pairet)
 


vendredi 6 juillet 2018

Papilles numéro 49


Grande nouvelle. Le numéro 49 de Papilles, revue de l’Association des Bibliothèques gourmandes que nous attendions avec impatience vient de sortir. Il a été réalisé sous la direction de Monique Calinon, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, chargée de collections au département Littérature et art.
Au menu de ce dernier tout ce que vous souhaitez savoir sur le trésor gourmand de nos bibliothèques : BnF avec bien sûr Gallica, Catalogue Collectif de France, BHVP, Bibliothèque municipale de Dijon et j’en oublie.
Mais ce n’est pas tout. Un voyage culinaire vous attend  des anciennes halles de Paris,  au port de Toulon en passant par Lyon,  sans oublier la découverte surprenante des pérégrinations gustatives des étudiants chinois en France.
Et puis vous saurez tout sur la cuisine au micro-ondes, oui c’est possible, et sur les mystères de la véritable purée de pommes de terre.
Sans oublier les dernières actualités de la photographie culinaire 2017…
A lire sans modération.
Anik Buj

mardi 12 juin 2018

« Marché noir » de Michèle Barrière


Michèle Barrière, membre de notre société depuis ses débuts, en un temps sa présidente,  nous livre son seizième polar historique et bien sûr gastronomique : Marché noir, sorti en librairie le 6 juin 2018.
C’est avec grand plaisir que nous retrouvons la saga des Savoisy rencontrée pour la première fois en 1393. Tous ses membres sont férus d’art culinaire qu’ils savent nous faire partager en nous mettant l’eau à la bouche. Ils cuisinent à merveille et nous livrent quelques-unes de leurs meilleures recettes, car ils connaissent tous les plus grands traités culinaires de leur époque et fréquentent souvent de très près leurs auteurs.
Mais, le genre l’exige, nos héros sont toujours mêlés  à des enquêtes criminelles, la mort rôde entourée de suspens. 
Tout a débuté avec Guillaume, maître queux à l’hôtel de Saint Pol (palais royal parisien construit par Charles V) puis de la maison de Louis d’Orléans frère de Charles VI. Sont venus  ensuite François,  Benjamin, Jean-François, Baptiste, Quentin et enfin  Adrien le petit dernier. Celui-ci  rencontré d’abord  en 1929 était enquêteur pour le Guide Michelin. En 1933 alors qu’Hitler est au pouvoir,  Adrien est devenu critique gastronomique, il a une émission à la radio, il fréquente assidument la mère Brazier, est ami de Fernand Point, côtoie Curnonsky. En août 1936 Adrien est  à Deauville. Puis il embarque, mais pas seul, sur un paquebot de la célèbre Compagnie Transatlantique…
Aujourd’hui nous le retrouvons, certes avec autant de plaisir, mais  au cours de l’hiver 1942 à Paris. Les temps sont difficiles comme dit le poète. S’en est fini pour beaucoup des grands dîners. Faire bombance n’est réservé qu’à quelques uns et pas les plus recommandables. Pendant que  nazis et collabos se bâfrent, les parisiens meurent de faim et de froid. Adrien est des leurs. Qu’ils sont loin les repas du Ritz. Heureusement il reste la famille et les amis du 24 de la rue Lepic.
Il faut faire savoir preuve de beaucoup d’imagination pour accommoder un pâté sans viande, une tarte sans graisse, un canard aux navets sans canard… et il fait si froid.
Une fois encore les menaces et la mort sont au rendez-vous…  Comment s’en sortiront la famille Savoisy et ses amis…
Et bien c’est à découvrir au plus vite dans Marché noir.
Bonne lecture.
Merci Michèle.
Anik Buj

« Loin de Sils Maria » de Michèle Kahn


Michèle Kahn, romancière, auteur d’un très grand nombre de romans historiques, où ses personnages, généralement des voyageurs, fréquentent aussi parfois le monde de la chocolaterie ou de la pâtisserie. Cacao publié pour la première fois en 2003 nous a entrainé en 1761 avec Lune et David sur la route du cacao du Mexique à Bayonne en passant par Saint Domingue.
Aujourd’hui  Loin de Sils Maria nous fait découvrir l’extraordinaire et véridique aventure de Gian Josty  un gamin des Grisons.
L’histoire commence en 1773 avec la naissance de  Gian Josty dans une famille très pauvre. Alors qu’il a onze ans il est  mis en apprentissage à Sils Maria chez un paysan qui le maltraite. Sils Maria est resté célèbre pour avoir accueilli plus tard Nietzsche, mais aussi Thomas Mann, Marcel Proust et bien d’autres encore.
Gian Josty va s’enfuir dans un voyage long et semé d’embûches. Il  rejoint d’abord Magdebourg où il est recueilli par un cousin de son père, Jacob, un grand pâtissier confiseur. Gian découvre les tours de main du métier. Il excelle  car il est avant tout passionné et dur à la tâche, jamais il ne compte son temps.
En possession d’un véritable savoir, devenu compagnon et ayant économisé un bon pécule, Gian devenu Johann se rend à Berlin où il va ouvrir  la confiserie Johann Josty & Co.
Son acharnement au travail et aussi son immense talent font de lui le confiseur le plus prisé de Berlin.  Il devient fournisseur de  la Cour. Quelques années plus tard il fonde le célèbre café J. Josty & Co…
L’histoire de Johann Josty ne s’arrête pas là… suspens certes mais aussi délices sucrés au rendez-vous de cette  prodigieuse aventure.
Un roman à découvrir sans plus attendre…
Merci Michèle
Anik Buj