samedi 3 novembre 2018

Des produits entre déclin et renaissance de Corinne Marache, Philippe Meyzie


Collection l’Europe alimentaire, aux éditions Peter Lang.
Entre succès, déclin, relances et patrimonialisation, cet ouvrage pluridisciplinaire interroge les causes et les mécanismes des trajectoires des produits alimentaires en Europe et sur le continent américain. Il vise à comprendre comment et pourquoi certains produits déclinent, disparaissant totalement ou bien renaissant plus tard.
La problématique du déclin permet de mieux comprendre comment un aliment s’inscrit dans des modes de consommation en perpétuelle évolution, parvient à se diffuser sur le marché, à acquérir une certaine renommée, avant de se voir concurrencer par d’autres, jusqu’à devenir une culture résiduelle. Elle conduit à interroger les choix alimentaires et leurs contraintes, les orientations du secteur agroalimentaire, les questions de santé publique, d’environnement, etc. Au carrefour des enjeux contemporains de l’agriculture, de l’alimentation et du développement territorial, les questions de la relance et de la patrimonialisation des produits sont largement présentes dans ce livre. Les études de cas proposées mettent notamment en lumière les ressources économiques, mais aussi patrimoniales, identitaires et politiques, que peuvent représenter ces produits oubliés.

Les métiers de bouche à l’époque moderne


Les métiers de bouche à l’époque moderne, sous la direction de Nathalie Peyrebonne, Presses Universitaires de Rennes et Presses Universitaires François Rabelais.
Sortie en librairie le 8 novembre 2018.

Nathalie Peyrebonne nous livre en avant-première l’annonce de son dernier ouvrage, ouvrage qu’elle a dirigé.
Nathalie Peyrebonne est actuellement maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle Paris-3.
Nous avons eu le plaisir de la recevoir par deux fois dans le cadre des Rencontres de De Honesta Voluptate, Société des Amis de Jean-Louis Flandrin, que nous organisons à la MSH  Boulevard Raspail à Paris.
La 1ère fois (15 février 2008) son intervention portait sur  « La cuisine en Espagne au Siècle d’O »r, suite à sa traduction du livre de Roberto de Nola, la seconde  (13 janvier 2017) Nathalie est intervenue sur «  Le personnage du cuisinier dans les textes espagnols du siècle d’or ».
L’ouvrage Les métiers de bouche à l’époque moderne  a pour origine un colloque international qui s’est tenu les 18 et 19 juin 2015 à Paris, organisé par  Nathalie Peyrebonne et Corinne Lucas Fiorato, avec l’appui de leurs deux  centres de recherche : Le CIRRI (Centre Interuniversitaire de Recherche sur la Renaissance Italienne) et le CRES (Centre de Recherche sur l’Espagne des XVIe-XVIIe siècles) du LECEMO (EA 3979) de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.
L’alimentation de l’homme suscite, à partir du XVIe siècle, tant en France qu’en Espagne, en Italie et au Portugal, un intérêt renouvelé. Qui mange survit, certes, mais qui mange donne à voir, surtout, qui il est. La cuisine, consommée, préparée ou offerte, est un marqueur social et culturel, et il s’agit de l’appréhender et de l’insérer dans la nouvelle hiérarchie des savoirs qui se met alors en place. Le personnage du cuisinier, à la réputation encore récemment sulfureuse, se voit accorder un statut renouvelé tandis que les métiers de bouche se multiplient et s’organisent. Par ailleurs, entre le mangeur et l’aliment, nombre d’intervenants s’interposent, praticiens ou commentateurs voire censeurs : l’alimentation de l’homme les concerne, en fonction de perspectives qui peuvent être culinaires mais aussi géographiques, médicales, morales, érudites, sociales, politiques, etc. Savoirs, savoir-faire, pratiques et imaginaires d’horizons divers interviennent et touchent à un nombre très diversifié d’activités humaines, depuis l’agriculture, jusqu’aux techniques de préparation, de présentation des mets en passant par la gestion urbaine des stocks alimentaires, leur écoulement, la régulation des prix des denrées, les procédés de conservation, l’utilisation médicale des aliments, etc.
À partir des spécificités propres à chaque langue, histoire et culture, les différents intervenants – hispanistes, italianistes, lusistes, francisants, historiens, philosophes, linguistes – ont examiné les phénomènes d’échanges et de transferts, d’adaptations, de transformations ou de rejets entre ces espaces politico-géographiques.
Un ouvrage à ne pas manquer.
Bonne lecture

jeudi 11 octobre 2018

Rosé des Riceys, Tradition et exception en Champagne


Claudine et Serge Wolikow,
Rosé des Riceys, Tradition et exception en Champagne.
Ouvrage publié par le syndicat des producteurs de l’AOC Rosé des Riceys et la  Mairie des Riceys,  Les Riceys (Aube), juillet 2018.

Claudine et Serge Wolikow nous narrent, avec leur talent d’écrivains mais aussi leur sérieux d’historiens, l’histoire d’un vin rosé d’exception qu’ils connaissent très bien.
C’est bien d’un vin d’exception dont il s’agit, même si son originalité ne lui vaut pas encore la notoriété nationale et internationale à laquelle il devrait avoir droit.
Le Rosé des Riceys est vin de Champagne de par sa situation géographique, d’ailleurs  les dimensions de son vignoble, plus de 866 ha en production, en font le plus grand terroir viticole de Champagne. Ceci dit seulement 350 ha sont classés en appellation A.O.C Rosé des Riceys, puisque  Les Riceys est la seule commune de Champagne à posséder trois AOC.
Mais Les Riceys, petit village de l’Aube, est aussi à la limite de la Bourgogne…
En fait ce rosé est issu d’un seul cépage, à la fois  champenois et bourguignon, le pinot.
Le Rosé des Riceys est un vin tranquille, un vin « vermeil », disons même un « clairet » si apprécié au XVIIème et XVIIIème siècles,  bien  différent des rosés actuels que nous connaissons. En plus de ses  qualités gustatives ce rosé, rappelons-le  est aussi un vin de garde. Le rosé des Riceys est bien sûr une appellation (AOC) par un décret de l’INAO du 8 décembre 1947.
L’histoire de ce rosé est longue, il en est fait mention au XVIIème siècle pour sa qualité, elle est aussi parfois chaotique avec des périodes de troubles, d’inquiétude, de déclin, mais qui  connaît aujourd’hui un véritable renouveau.

Un livre à découvrir et bien sûr un  vin à  déguster.

Claudine et Serge Wolikow sont intervenus dans le cadre des Rencontres de de Honesta Voluptate, Société des Amis de Jean-Louis Flandrin.


Bourgogne(s) viticole(s) : enjeux et perspectives historiques d’un territoire.


Serge Wolikow et Olivier Jacquet
Bourgogne(s) viticole(s) : enjeux et perspectives historiques d’un territoire.
Editions Universitaires de Dijon, collection Sociétés, Dijon, mai 2018.
Publié avec le soutien de la chaire UNESCO Culture et Traditions du vin.


Il s’agit d’un ouvrage à plusieurs voix, sous la direction de Serge Wolikow et d’Olivier Jacquet, préfacé par Jocelyne Pérard, puisqu’il est le fruit d’un colloque qui s’est tenu du 2 au 4 décembre 2015 à Gevrey-Chambertin (Salle des climats de Bourgogne) et à l’Université de Dijon (Amphithéâtre de la MSH). Des historiens, des géographes, des économistes, des professionnels de la vigne et du vin, des journalistes et j’en oublie sont ici à l’œuvre.


La renommée du Bourgogne n’est plus à faire. Ses grands crus des Côtes (Nuits, Beaune, Chalonnaise) et du Mâconnais sont connus de tous les amateurs de grands vins. Pourtant la grande diversité de ses vins est importante, notamment due à la multiplicité des climats de Bourgogne (1247) délimités sur les Côtes de Nuits  et de Beaune. Mais ce n’est pas de cela dont il est question ici.
Les nombreux auteurs s’attachent à d’autres domaines tels que l’histoire des mutations territoriales et économiques du XVIIème au XXIème siècle ;  les liens entre territoires et acteurs de cette Bourgogne vitivinicole, par le biais du rôle du négoce, des marchés, des associations viticoles, des parlementaires… ; la place de la Bourgogne hors de ses frontières ; les défis pour demain…
Un ensemble de qualité à découvrir sans plus attendre.

Serge Wolikow et Olivier sont intervenus dans le cadre des Rencontres de de Honesta Voluptate, Société des Amis de Jean-Louis Flandrin.


jeudi 13 septembre 2018

Programme des Rencontres de l'Honnête Volupté 2018-2019


23 novembre 2018    Salle B1-1B (1er étage).
Assemblée Générale des adhérents de De Honesta Voluptate - Société des Amis de Jean-Louis Flandrin.

14 décembre 2018  Salle B1-1B (1er étage).
Mireille ISRAËL-LANG, (Historienne / Géographe, chercheur membre du réseau international de la Chaire Unesco « Culture et tradition du Vin » de l'université de Bourgogne, consultante en agroalimentaire et cuisines du monde) : « La cuisine israélienne : un concept en train de se construire en même temps qu'il s'exporte. »
Domingo GARCIA, (Maître de conférences en études latino-américaines,  Université de Lille 3, UFR des langues étrangères appliquées) : « Mezcal : l’enfant terrible du Mexique ? »

18 janvier 2019  Salle B1-1B (1er étage).
Sylvie PELLERIN DRION, (Chercheure rattachée à l'IDHES, Université Paris  Nanterre) : « Le goût du feu : bouilleurs de cru et eau-de-vie à l’épreuve du temps.»
Michel CHAUVET, (Agronome et ethnobotaniste) : « Présentation de l'Encyclopédie des plantes alimentaires et sur site web Pl@ntUse. »

8 février 2019  Salle B1-1B (1er étage).
Dimitri TILLOI d’AMBROSI, (Enseignant, Lycée Frédéric Ozanam Mâcon, doctorant histoire romaine Lyon 3) : « Apicius et ses disciples : le cuisinier dans le monde romain. »
Adrien PITOR, (Enseignant, agrégé d'histoire, doctorant en histoire Sorbonne Université) : « Ravir le Palais, les buvettes des tribunaux parisiens au XVIIIe siècle. »

22 mars 2019  Salle B1-1B (1er étage).
Odile ROBLIN, (Professeur de cuisine, Lycée Guillaume Tirel, Paris) : « L'alimentation à la prison de la Bastille au XVIIIème siècle : une culture de table élitaire? »
Patrick CHAUVIN, (MOF -2007- Maître du service et des Arts de la table,  DDFPT, lycée Albert de Mun Paris) : «  Le chasselas doré de Thomery, deux siècles de tradition, de lutte et d'innovation viticole autour d'un village de Seine et Marne : de la culture au patrimoine. »


17 mai 2019   Salle B1-1B (1er étage).
Didier NOURRISSON, (Professeur d'histoire contemporaine, ESPE/ Université Claude Bernard Lyon 1/) : « Santé publique contre boissons nationales : le match des années 1950. »
Préparation du banquet annuel.

Dimanche 16 juin 2019 à midi : Banquet historique de De Honesta Voluptate Société des amis de Jean-Louis Flandrin.

Rencontres de l'Honnête Volupté - Société des Amis de Jean-Louis Flandrin
De 18-20 h, Salle B1-1B (1er étage).
 Fondation de la Maison des Sciences de l'Homme, 54 Boulevard Raspail 75006 Paris